TOUTPOURLAMUSIQUE : Fournisseur de matières premières pour les créateurs de musique

Recherche
Recherche avancée

Utiliser une carte-son " exotique " sous Linux

Le cas de la Maxi Sound Fortissimo - Par F. Claustres

Le système d’exploitation libre Linux présente quelques avantages pour la gestion du son par rapport à Windows ou les version actuelles de MacOS : c’est un système véritablement multitâche et très stable, donc en théorie parfaitement adapté à la production ou la reproduction musicale.

En pratique, toutefois, on se heurte vite à une difficulté majeure : le nombre de cartes-son supportées dans les distributions standards de Linux est très limité. Il est réduit en gros aux différents modèles de Sound Blaster (de la version monophonique de base à l’AWE 64 PCI) et compatibles Windows Sound System, la plupart disponibles en ISA et non en PCI.

A ce compte-là, on est vite en possession d’une carte-son " exotique " sous Linux !

Or, des cartes-son plus performantes sont apparues récemment, comme la Maxi Sound Fortissimo (voir essai sur TPLM) dont le rapport qualité/prix est très intéressant. J’ai personnelle craqué pour cette carte-son au format PCI, mais si les performances musicales sont au rendez-vous sous Windows (son 3D, lecteur XG Yamaha…), mon PC était devenu carrément aphone sous Linux ! Et ce, même avec un simple CD audio…

Je me suis donc lancé dans des recherches sur le Web pour trouver une solution à mon dilemme, car il n’était pas question que je revienne en arrière en remettant l’ancienne carte-son " no-name " qui équipait jusque là mon PC personnel !

Point de drivers Linux disponibles sur les sites Web de Guillemot ou de Yamaha (je savais que le composant au cœur de la carte était d’origine Yamaha). Ca allait être plus dur que prévu…

C’est alors que je découvre le site Web d’OSS (Open Sound System, http://www.opensound.com ) dont l’objet est précisément de concevoir des drivers de cartes-son utilisables sous différents systèmes d’exploitation, dont Linux ! L’espoir revient, pour retomber ensuite : point de Maxi Sound Fortissimo de référencé.

Cependant, je remarque en fin de liste de cartes reconnues que toutes une série de puces à base de composants Yamaha sont supportées, qui plus est au format PCI :

Yamaha PCI 192 XG *See README.PCI-XG*
Yamaha Sound Edge SW20
PCYamaha YMF724 PCI *See README.PCI-XG*
Yamaha YMF724F PCI *See README.PCI-XG*
Yamaha YMF734 PCI *See README.PCI-XG*
Yamaha YMF740 PCI *See README.PCI-XG*
Yamaha YMF740C PCI *See README.PCI-XG*
Yamaha YMF744 PCI *See README.PCI-XG*

Je cherche donc si il n’y a pas un moyen sur ma distribution Mandrake 7.0 d’obtenir des informations plus " intimes " sur ma carte-son, et je le trouve avec une commande toute simple : lspci. Il suffit en d’installer le package " pciutils " pour que cette commande qui liste les informations sur les cartes PCI soit disponible. Et alors là, j’ai droit à une surprise très agréable :

00:00.0 Host bridge: Intel Corporation 430VX - 82437VX TVX [Triton VX] (rev 02)
00:07.0 ISA bridge: Intel Corporation 82371SB PIIX3 ISA [Natoma/Triton II] (rev 01)
00:07.1 IDE interface: Intel Corporation 82371SB PIIX3 IDE [Natoma/Triton II]
00:0d.0 Multimedia video controller: 3Dfx Interactive, Inc. Voodoo (rev 02)
00:0f.0 VGA compatible controller: S3 Inc. ViRGE/DX or /GX (rev 01)
00:10.0 Multimedia audio controller: Yamaha Corporation YMF-744B [DS-1S Audio Controller] (rev 02)

La puce de la Maxi Sound Fortissimo est une YMF744B , donc avec un peu de chance les drivers OSS pour la Yamaha YMF744 feront l’affaire ! Je retourne alors sur le site de d’OSS, et je télécharge les drivers pour Mandrake 7.0 (http://www.opensound.com/download.cgi , fichier de1,24 Mo).

Ensuite, je me lance dans l’installation de façon tout à fait traditionnelle : je fais un " tar xvzf " pour décompresser le fichier, je lis d’abord la documentation (bon, je l’ai lue après, mais parfois ça marche du premier coup, alors bon…) qui demande deux choses : de créer un lien symbolique et de supprimer les modules sonores chargés par le système.

Je m’acquitte de la première tâche avec un " ln –s " ad hoc, et pour la seconde je fais un " lsmod " pour lister les drivers, puis des " rmmod " pour supprimer tous les modules de type " sound " ou " midi ". Après quoi, l’installation peut commencer : le chipset Yamaha est reconnu et le driver installé !

Pour activer le son, il suffira désormais de taper " soundon ", et de taper " soundoff " pour le désactiver.

Suspense : je tape " soundon ", puis je lance ensuite KDE, et ça marche ! Sons Wav ou MP3, CD audio ou lecture midi, tout fonctionne !

Trois bémols toutefois à cet élan d’enthousiasme.

Premier bémol, sur le principe du logiciel libre : OSS vend ses drivers, donc pour utiliser une carte-son exotique sous le système gratuit Linux (ou FreeBSD, il faut payer son écot… alors que paradoxe, sous le système commercial Windows, ces drivers sont gratuits !

Pour " inciter " le client à l’achat, la démonstration d’OSS est bridée en durée :, le son qui au début passe en " soundoff " au bout de 3 heures, passera ensuite en " soundoff " toutes les 20 minutes : il faut alors repasser en " root ", et refaire un " soundon " pour que le son soit réactivé.

Le prix à régler pour mettre fin à l’aphonie de Linux s’élève à 20$, soit plus de 120FF… soit plus du quart du prix d’une Maxi Sound Fortissimo.

Second bémol, financier : dans le cas particulier de la Maxi Sound Fortissimo équipée d’un composant YamahaYMF7xx PCI, il faut en plus payer un supplément de 10$ ; donc nous voilà rendus à 30$, près de 200F… soit la moitié du prix de la carte-son !

Troisième et dernier bémol, technique celui-là : toujours dans le cas de la Maxi Sound Fortissimo, et malgré le supplément de prix, il n’est pas possible de profiter de la technologie midi XG, le driver se contentant d’émuler du midi simple. Quant au son 3D sous Linux, il n’est même pas évoqué dans la documentation…

En résumé : l’utilisation de cartes-sons un peu originales sous Linux, c’est possible, mais ce n’est pas donné et le hardware n’est pas utilisé au maximum de ses capacités. On peut espérer qu’avec la popularité croissante de celui-ci, les constructeurs de carte-son soient amenés à proposer aussi des drivers pour ce système d’exploitation en même temps que ceux pour Windows.

Au sujet du site / About this site | Sommaire / Home | Haut | Conditions générales de vente
Copyright © 1999/2003 - ToutPourLaMusique.com - Tous droits réservés - Marque déposée