TOUTPOURLAMUSIQUE : Fournisseur de matières premières pour les créateurs de musique

Recherche
Recherche avancée
Mai 2002 - Un synthé dans mon PC

De nos jours, générer des fréquences, leur appliquer divers traitements et mettre à disposition du musicien un ensemble multi-timbral, polyphonique, compatible à la norme MIDI, ne relève plus du miracle technologique. Dans le domaine de la micro-informatique domestique, les logiciels que nous vous présentons ici sauront avantageusement tirer profit d'un Pentium ou d'un Athlon, afin de réaliser tous les types de synthèse sonore, qu'elle soit additive, soustractive, à base de modulation de fréquence, de tables d'ondes échantillonnées, granulaire, etc. Ces logiciels peuvent être classés en deux grandes catégories : les " émulateurs " et les " laboratoires".

Dans la nouvelle famille des émulateurs, ce qui caractérise actuellement l'offre logicielle en matière de synthèse sonore, est la prédominance des technologies et interfaces datant du début des années 80. Des produits devenus références (grâce à divers courants musicaux comme la techno, dance, groove…) tels que la Bass Line de Roland, la série Prophet 5 et 600 de Sequential Circuit, le DX7 de Yamaha, le Mini Moog ou l'orgue Hammond. Ces derniers y sont très souvent représentés, soit intégralement dans la fenêtre d'édition, soit partiellement par l'intermédiaire de paramètres, agencements et vocables devenus désormais quasi incontournables.

En remettant au goût du jour la TR-808, la TR-909 et la TB-303 de Roland intégralement reproduites (interface et sonorités) dans le logiciel (bien nommé !) " Rebirth 338", la société suédoise Propellerheads a été l'initiatrice de cette tendance " 80's WYSIWYH " . Si on ne peut pas parler ici réellement de synthèse sonore, Reason, leur " petit dernier " intègre un module baptisé " Subtractor " composé entre autres de deux oscillateurs, filtres et enveloppes, qui semble avoir quelques airs de familles avec certain Moog (les synthés, pas Bob !). Mais il ne suffit pas de coller un " skin " séduisant pour se déclarer " synthétiseur logiciel "...

Les maîtres en matière de " simulateur de synthés " se nomment Native Instruments . Rien est plus réjouissant en effet que de s'approprier partiellement et gratuitement (grâce la version démo de Pro-5 et B4) ou entièrement, de tels instruments comme le Prophet 5 ou bien encore l'orgue Hammond B3. Le Prophet 5 de Sequential Circuit, rappelons le, est LE synthétiseur consacré à la production de sonorités de basses épais et granuleux pourvu qu'on le mette en mode " unison ". Plus de quarante commandes sont ainsi entièrement modifiables à la souris, et mieux encore (contrairement au vrai Prophet !), paramétrables via des commandes MIDI spécifiques par l'intermédiaire d'un séquenceur par exemple.

Sur votre moniteur toute la façade " utile " des claviers y est reproduite (en trop petit format à notre goût) : des potentiomètres, en passant par les tirettes, les touches, jusqu'aux flancs en bois, le poids et le prix en moins (quelques dizaines de milliers de francs en 80), le MIDI, la polyphonie et beaucoup de mémoire en plus ! Disponibles en version autonome ou instrument VST, Pro-5 et B4 nécessitent tout de même une configuration puissante pour les modes polyphoniques en multi instrumentaux.

Les déménageurs vous diront Mission donc réussie par Native Instrument dont le cœur de tous ses simulateurs d'instruments, est un logiciel en vente libre (!) nommé Reaktor. Celui-ci est composé d'un générateur de synthèse sonore, d'un échantillonneur et d'un module d'effets. Dans la fenêtre d'édition générale " Ensemble ", il vous est proposé de relier les éléments souhaités entre eux, et de raccorder virtuellement la sortie audio sur l'entrée de la baie de câblage et du module d'amplification (si vous souhaitez immédiatement entendre le résultat de votre jeu de construction).

Le nombre de modules est très impressionnant. D'ailleurs, la moitié du mode d'emploi de Reaktor leur est consacré. Du simple oscillateur composé d'une onde sinusoïdale jusqu'aux macros de gestion MIDI et séquenceurs, la palette sonore du logiciel peut (heureusement) être immédiatement exploitée à l'aide des fichiers fournis (tels que le SH101 de Roland). Il est fort probable d'ailleurs que les fichiers " Ensemble " vous servent comme base de travail tant la mise en place est complexe. Bien entendu, conformément à la norme MIDI, Reaktor peut gérer 16 " processus " en même temps, qu'ils soient purement issus d'un module de synthèse sonore ou à base d'échantillonnage… Pourvu que votre équipement tienne le coup… Pour ce qui nous concerne, un Athlon 800 ainsi qu'une "petite" carte XG Studio d'Hoontech ont parfaitement tenu leur rôle, avec un temps de latence suffisamment court pour commander le tout à partir clavier maître (10 ms). Destiné à un public averti car complexe, Reaktor est aussi à l'aise en mode autonome qu'en instrument VST.

Aussi modulaire mais un peu plus abordable techniquement et financièrement que Reaktor, VAZ Modular est la version britannique de la synthèse sonore logicielle. On y retrouve par conséquent des éléments communs à tous synthétiseurs analogiques et au logiciel allemand décrit précédemment. Vaz 2.1 " ne " nécessite tout d'abord au minimum, qu'un processeur tournant à 200 Mhz et 32 M° de mémoire vive pour fonctionner. Un ordinateur plus beaucoup plus récent pourra donc sans doute gérer sans problème 16 " synthés " de 16 voies de polyphonie chacun, représentant ses limites techniques, mais également celle de la norme General MIDI.

Côté sonorités, Vaz 2.1 n'est pas en reste. Il n'est pas certain que vous arriviez un jour au bout des 255 " briques " qui le composent ! A ce sujet d'ailleurs, il est assez difficile de voir à l'écran, comment ils interagissent entre eux. Cette profusion de paramètres et leur particularités vous permettra de réaliser des synthèses sonores similaires à celle de prestigieux ancêtres tels que Moog, Roland, Sequential Circuit. Il suffira juste de lancer la version démo de ce soft anglais pour vous en rendre compte…

C'est d'ailleurs d'outre manche qu'est venu l'un des plus beaux éloges destiné à l'équipe française d'Arturia, pour la qualité de la synthèse sonore sur Storm. Limité à deux synthétiseurs dans la toute première version du logiciel, Orpheus, l'un des nouveaux modules disponibles actuellement, vient idéalement compléter ce logiciel hybride, et justifie à lui seul sa présence dans cette rubrique. Orpheus se base sur une table d'ondes. Ce qui l'autorise à générer aussi bien des basses synthétiques, que des bruitages et effets de. Il s'intègre, comme tous ses " collègues de travail ", dans un environnement dédié à la composition totalement modulaire, et peut être synchroniser et/ou traiter avec les éléments présents. Une mention toute particulière également pour le module " Bass 52 ", qui utilise le principe de la synthèse par modélisation physique et reproduit les caractéristiques sonores et de jeu d'une basse électrique frettée.

Restent Les PPG, Mellotron, Creamware (est-ce encore un logiciel ?), Vir-Syn, et bien d'autres plugs-in... La liste des étant non exhaustive, vous trouverez sûrement votre bonheur parmi notre sélection mise à jour régulièrement sur http://www.tplm.com/rubriques/10.htm.

Laurent HAVETTE

Au sujet du site / About this site | Sommaire / Home | Haut | Conditions générales de vente
Copyright © 1999/2003 - ToutPourLaMusique.com - Tous droits réservés - Marque déposée